Fra Angelico, Église du couvent saint Marc Florence 1423 – éclairage artistique 

TOUSSAINT, la joie des Saints

« Merci, ça fait vingt ans que j’attends ce moment », nous dit Farid, les yeux pétillants de joie. Avec mon épouse, nous lui faisions visiter la cathédrale. Il désire le baptême depuis plus de 20 ans, et pensait que ça lui serait peut-être interdit. Nous partageons sa joie d’être accueilli dans l’Eglise, en particulier par les saints, présents dans les vitraux de la cathédrale. Ils laissent passer la lumière divine qui se reflétait dans les yeux de Farid…

La sainteté ? Le concile Vatican II enseigne qu’elle est un appel universel, adressé aux gens qui réussissent comme à ceux qui ne sont rien ! Sainte Bernadette de Lourdes disait : « Si la Sainte Vierge m’a choisie, c’est parce que j’étais la plus ignorante. Si elle en avait trouvé une plus ignorante que moi, c’est elle qu’elle aurait prise. »

« La sainteté n’est pas un accomplissement de soi, ni une plénitude que l’on se donne. Elle est d’abord un vide que l’on accepte et que Dieu vient remplir dans la mesure où l’on s’ouvre à sa plénitude. Notre néant, vois-tu, s’il est accepté, devient l’espace libre où Dieu peut encore créer. Le Seigneur ne laisse ravir sa gloire à personne. Il est le Seigneur, l’Unique, le seul Saint. Mais il prend le pauvre par la main, le tire de sa boue et le fait asseoir parmi les princes de son peuple afin qu’il voit sa gloire. Dieu devient alors l’azur de son âme. » (Eloi Leclerc) C’est cet azur qui brillait dans les yeux de Farid. L’azur de la sainteté. Alors, soyons saints comme Dieu est saint, en rayonnant de sa sainteté !

Christian Ratrema, diacre

 

TOUSSAINT, la joie des Saints