Confinement, dé-confinement, confusion et confiance

Dimanche 7 juin. Nous nous apprêtons à célébrer l’Eucharistie de la solennité de la Sainte Trinité à l’église Notre Dame. Au travers des masques de protection sanitaire, nous nous saluons avec quelques paroissiens. A quelques secondes d’intervalle j’entends ces propos (retranscrits dans leur acception mais pas dans l’exactitude des termes) « Il faut respecter scrupuleusement les consignes sanitaires : la vie des personnes en dépend ! » et « Nous pourrions bien nous dispenser de ces contraintes sanitaires qui n’ont plus de raison d’être ! »

Le confinement puis le dé-confinement (qui n’est encore qu’un confinement prolongé pour certains) ont été et sont appréhendés de manières extrêmement diverses par les uns et les autres.

Certains ont vécu une activité professionnelle particulièrement intense, d’autres ont été contraints à l’inactivité dans ce domaine, d’autres ont dû s’adapter au télé-travail…

Certains ont vécu dramatiquement le décès d’un proche sans être autorisés à l’accompagner ou même à le voir dans sa fin de vie et en ne pouvant célébrer des funérailles que dans une intimité réduite, d’autres ont vécu la crise sanitaire sans en être affectés ni dans leur corps ni dans leur entourage et ont pu trouver qu’on prenait bien des précautions superflues ou même imaginer des théories de complots…

Partant, certains pensent que l’on devrait vivre un dé-confinement beaucoup plus rapide tandis que d’autres ne rejoignent l’Eucharistie dominicale qu’en prenant de grandes précautions et que d’autres n’osent pas encore y participer…

Le confinement et la distanciation, si nécessaires soient-ils, génèrent l’isolement et la peur. Dans le même temps, la Trinité nous rappelle que pour les chrétiens Dieu lui-même est unique mais pas solitaire, la fête du Saint Sacrement nous invite à la communion avec lui et entre nous et Jésus nous dit : « Quant à vous, même les cheveux de votre tête sont tous comptés. Soyez donc sans crainte… »

Que l’inquiétude sanitaire ou économique ne nous conduise pas à l’isolationnisme mais, au contraire, à continuer de garder des liens comme beaucoup se sont ingéniés à le faire durant le confinement, à la bienveillance et au soutien mutuel dans « la grâce de Dieu qui s’est répandue en abondance sur la multitude »…

Jacques Brun

Confinement, dé-confinement, confusion et confiance