138.6Le Carême, retour à l’essentiel.

L’important n’est pas dans la privation, mais dans ce pour quoi nous faisons effort. Cet essentiel n’est pas dans l’épreuve, dans la peine, mais dans la conversion, c’est-à-dire le retour. Le mercredi des cendres, lors de l’imposition, le prêtre peut citer Gn 3, 19 : « Souviens-toi que tu es poussière et que tu retourneras en poussière ». Sentence morbide ? Non, mais figuration de notre vocation qui est d’être créé et recréé, sans cesse. En effet, la poussière, ou la glaise, l’Adamah, est ce que Dieu modela pour créer Adam. Les cendres, sont donc une promesse de résurrection. Le Carême est ainsi ce temps favorable pour nous détourner du superflu, de l’artificiel et revenir à Celui qui nous engendre encore et encore à la Vie Nouvelle ; temps favorable pour réanimer nos relations dégradées par nos préjugés, nos convenances, nos postures ; moment privilégié enfin, pour nous tourner vers ceux pour lesquels les temps ne sont pas favorables et qui ont besoin de vivre.

Noël REY

Un carême pour ressusciter